CNRS-INSB UCA
CNRS-INSHS
lapsco
LAboratoire de Psychologie
Sociale et COgnitive

UMR 6024 UCA-CNRS
L'étude de la cognition depuis ses bases cérébrales jusqu'à sa régulation sous l'influence de l'environnement social

DERNIÈRES PUBLICATIONS
Loose, F., Tiboulet, M., Maisonneuve, C., Taillandier-Schmitt, A., Dambrun M. (In press). Blood pressure and psychological distress among North Africans in France : The role of perceived personal/group discrimination and gender. Am J Hum Biol. 2017 ;e23026. DOI : https://doi.org/10.1002/ajhb.23026
Droit-Volet, S., & Berthon, M. (In press). Emotion and Implicit Timing : The Arousal Effect. Frontiers in Psychology, section Cognition.
Maniadakis, M., Droit-Volet, S., & Trahanias, P. (2017). Emotionally modulated time perception for prioritized robot assistance. HRI’17 ACM ISBN, 978-1-4503-4336-7/17/03. DOI : http://dx.doi.org/10.1145/3029798.3038398
ÉVÉNEMENTS
Enseignement et formation

Juin 2016. Conditions d’admission en thèse

Immigration et cohésion sociale : Comment penser l’intégration des immigrants ?

Mai 2017. Dans le cadre du projet PICS (CNRS) porté par Armelle Nugier, deux membres du LAPSCO sont invités à l’Université de Montréal au Québec. Le 25 mai, Serge Guimond et Armelle Nugier présenteront les résultats de leur recherche lors de la Table ronde présidée par Roxane de la Sablonnière, professeure de psychologie sociale à l’Université de Montréal.

468 visites depuis le 01 Janvier 2017
visites depuis le 01 Janvier 2017

Rechercher




Accueil > À la une

Les garçons nuls en lecture ?

publié le , mis à jour le

Mai 2016. Les garçons nuls en lecture ? Publiée dans le Journal of Experimental Social Psychology et reprise dans Wall Street Journal et Pour la Science, une étude remet en cause l’idée d’une supériorité intrinsèque des filles sur les garçons en lecture.

Fruit d’une collaboration entre Pascal Pansu et Sylvain Max (Université de Grenoble), Isabelle Régner & Pascale Colé (LPC Aix-Marseille Université), Pascal Huguet (LAPSCO) et John Nezlek (University of Williamsburg, Virginia, USA), l’étude montre une supériorité des garçons lorsque l’exercice de lecture est présenté non plus comme un « test » mais comme un jeu.

Pour en savoir plus :