CNRS-INSB UCA
CNRS-INSHS
lapsco
L'étude de la cognition depuis ses bases cérébrales jusqu'à sa régulation sous l'influence de l'environnement social

DERNIÈRES PUBLICATIONS
Droit-Volet, S., & Berthon, M. (In press). Emotion and Implicit Timing : The Arousal Effect. Frontiers in Psychology, section Cognition.
Maniadakis, M., Droit-Volet, S., & Trahanias, P. (2017). Emotionally modulated time perception for prioritized robot assistance. HRI’17 ACM ISBN, 978-1-4503-4336-7/17/03. DOI : http://dx.doi.org/10.1145/3029798.3038398
Cohen-Laloum, J., Mollaret, P., & Darnon, C. (2017). Distinguishing the desire to learn from the desire to perform : the social value of achievement goals. The Journal of Social Psychology, 157. http://dx.doi.org/10.1080/00224545.2016.1152216
SÉMINAIRES
23/03/17 – Vincent YZERBYT

Compensation between competence and warmth in intergroup relations : Theoretical clarifications, structural constraints, and strategic foundations (Amphi. Paul Collomp, 10h30-12h00)

13/04/2017 – Cyril PERRET

Comment circule l’information entre les niveaux centraux et périphériques en production écrite de mots isolés (Amphi. Paul Collomp, 10h30-12h00)

ÉVÉNEMENTS
Enseignement et formation

Juin 2016. Conditions d’admission en thèse

Réalité Virtuelle à l’ISIMA

Jeudi 9 Février 2017 à 14h. Présentation de la réalité virtuelle à l’ISIMA orchestrée par monsieur Philippe TIVEYRAT.

53 visites depuis le 01 Janvier 2017
visites depuis le 01 Janvier 2017

Rechercher




Accueil > À la une

Les garçons nuls en lecture ?

publié le , mis à jour le

Mai 2016. Les garçons nuls en lecture ? Publiée dans le Journal of Experimental Social Psychology et reprise dans Wall Street Journal et Pour la Science, une étude remet en cause l’idée d’une supériorité intrinsèque des filles sur les garçons en lecture. Fruit d’une collaboration entre Pascal Pansu et Sylvain Max (Université de Grenoble), Isabelle Régner & Pascale Colé (LPC Aix-Marseille Université), Pascal Huguet (LAPSCO) et John Nezlek (University of Williamsburg, Virginia, USA), l’étude montre une supériorité des garçons lorsque l’exercice de lecture est présenté non plus comme un « test » mais comme un jeu.

Pour en savoir plus :