CNRS-INSB UCA
CNRS-INSHS
lapsco
LAboratoire de Psychologie
Sociale et COgnitive

UMR 6024 UCA-CNRS
L'étude de la cognition depuis ses bases cérébrales jusqu'à sa régulation sous l'influence de l'environnement social

DERNIÈRES PUBLICATIONS
Loose, F., Tiboulet, M., Maisonneuve, C., Taillandier-Schmitt, A., Dambrun M. (In press). Blood pressure and psychological distress among North Africans in France : The role of perceived personal/group discrimination and gender. Am J Hum Biol. 2017 ;e23026. DOI : https://doi.org/10.1002/ajhb.23026
Droit-Volet, S., & Berthon, M. (In press). Emotion and Implicit Timing : The Arousal Effect. Frontiers in Psychology, section Cognition.
Maniadakis, M., Droit-Volet, S., & Trahanias, P. (2017). Emotionally modulated time perception for prioritized robot assistance. HRI’17 ACM ISBN, 978-1-4503-4336-7/17/03. DOI : http://dx.doi.org/10.1145/3029798.3038398
1194 visites depuis le 01 Janvier 2017
visites depuis le 01 Janvier 2017

Rechercher




Accueil > À la une

Les collectifs en agriculture bio : Une contribution du LAPSCO

publié le , mis à jour le

Novembre 2017. Vient de paraître Les collectifs en agriculture bio. Entre idéalisation et réalisation, Dijon, Educagri éditions, 196 pages, coordonné par Denise Van Dam (Université de Namur), Séverine Lagneaux (Université catholique de Louvain), Jean Nizet (Université de Namur) et Michel Streith (CNRS LAPSCO).

Un nombre important de recherches se développent depuis plusieurs années sur la question de la transition des systèmes agroalimentaires des pays d’Europe occidentale vers une plus grande durabilité sociale et écologique. À côté de nombreuses recherches portant sur les initiatives politiques, ou celles émanant d’individus, qu’ils soient producteurs ou consommateurs, ce livre s’interroge sur le rôle des collectifs agricoles bio. Ainsi se situe-t-il à un niveau d’analyse intermédiaire, relativement peu exploré à ce jour. Les collectifs étudiés sont de natures très diverses (coopératives, marchés, AMAP) ; cependant, tous sont situés « entre idéalisation et réalisation ». Car il s’agit ici d’analyser la confrontation entre, d’une part, les aspirations, les valeurs, les projets de leurs membres et, d’autre part, la réalité : celle de la gestion (première partie), du marché (deuxième partie), des institutions publiques (troisième partie), ou bien encore de leur identité propre (quatrième partie).

 

Prenant pour objet une dynamique en cours et s’adossant au réel, ce livre est une contribution importante à la compréhension de la transition écologique et du rôle qu’y joue l’agriculture biologique, du type de changement qui s’y opère, ainsi que des valeurs qui lui sont associées et font partie de sa réussite.

 

PNG - 76.8 ko

Publics : chercheurs, enseignants, décideurs politiques, professionnels du monde agricole.

Coordinateurs

Denise Van Dam, psychologue et sociologue, est chargée de cours à l’Université de Namur où elle mène des recherches sur l’agriculture biologique. Elle est membre du GIRAF, Groupe interdisciplinaire de recherche en agroécologie du FNRS (Fonds de la recherche scientifique).

Séverine Lagneaux, anthropologue, est enseignante et chercheuse à l’Université catholique de Louvain et à l’Université de Namur. Elle mène des recherches sur la paysannerie et les relations entre les éleveurs, leurs animaux et les techniques.

Jean Nizet est philosophe et sociologue, spécialiste en théorie des organisations. Il est professeur émérite de l’Université de Namur et de l’Université catholique de Louvain. Outre l’agriculture biologique, il mène également des recherches sur le coaching en entreprise.

Michel Streith, anthropologue, est directeur de recherche au CNRS, membre du laboratoire de psychologie sociale et cognitive (LAPSCO) de l’Université Clermont Auvergne. Il mène ses recherches sur les comportements des agriculteurs en situation de changement.

Educagri éditions